Brain Content

brain content

Le cerveau redevient un sujet de réflexion et ce n’est pas pour m’en déplaire. Bien loin de vouloir déchiffrer l’indéchiffrable de cette mécanique organique ultra-complexe, je trouve réellement passionnant de s’arrêter quelques instants pour observer les évolutions importantes de l’utilisation de ce qui vous permet de lire, comprendre et analyser ces quelques lignes.

 

Le monde cérébral se divise en deux catégories, celle qui raisonne et celle qui imagine, le fameux principe de l’hémisphère droit et de l’hémisphère gauche. Si vous avez 10 bonnes minutes, vous découvrirez d’ailleurs qu’il n’en est rien. Mais qu’à cela ne tienne, même si on ne peut pas les localiser, il existe bien des utilisations distinctes de notre matière grise. Car ce qui m’intéresse bien évidemment ici c’est l’impact que peut avoir le digital sur le siège de nos réflexions et de nos émotions.

 

Est-ce que le digital nous rend stupide ?

Je reprend volontairement le titre de l’article de Nicolas Carr intitulé “Est-ce que Google nous rend stupide ?” paru dans Atlantic qui développe la thèse que nos modes de lecture ont changé sous l’influence du développement du digital. D’une lecture froide et profonde nous sommes passé au zapping frénétique dans cette manne de contenus sans fin. Dans ce contexte de harcèlement cognitif, le cerveau s’adapte, ayant moins besoin d’activer sa capacité de raisonnement que celle de repérage et d’aiguillage.

 

La mémoire est morte, vive la mémoire vive !

Au-delà de ce tri en temps réel, que garder en mémoire ? Cette mémoire digitale qui stocke pour nous une partie de nos données “froides” : nos contacts, nos articles préférés, nos dates clés, nos numéros de téléphone, nos itinéraires, nos coups de gueules, etc. C’est désormais dans nos poches (smartphone, PDA, …) que nous mettons cette mémoire relais. Car bien sûr ce n’est qu’un relais, un outil, un support et il faut savoir s’en servir. Et c’est à mon avis ici que s’opère le changement le plus important. D’un flux d’information linaire, organisé et choisi (je vais à la bibliothèque, j’achète mon journal, …) nous sommes passé à une multitude de flux anarchiques, saturés et à gros débits. Si je prenais une image, je dirais que nous vidons la mémoire morte pour installer plus de mémoire vive. On privilégie la puissance de calcul à la capacité de stockage. Une puissance de calcul mise au service du tri ou du filtrage des sources et des contenus.

 

Le plus complexe non-ordinateur du monde

Même si l’analogie avec l’informatique est facile, le cerveau n’est pas un ordinateur. Quand bien même on ne cesse de le comparer ou de vouloir le mettre en compétition lors d’un tournoi d’échec face à des quantités phénoménales de Bits et d’Octets. Ce qui, avant tout, fera du cerveau le champion inégalé ad vitam c’est ce qu’on ne peut pas analyser de lui : l’intuitif, l’instantané, l’inconscient et l’affectif. Je vous renvoi à la lecture d’un article récemment paru dans Le monde et qui porte le même nom que cet inter-titre. Je cite cet article “Notre esprit est incarné. Nous pensons avec notre corps. Nous percevons en agissant.”. Le cerveau c’est avant tout de vrais gens et ce qui les stimulent n’est pas rationnel, c’est émotionnel et sensible.

 

A travers ces évolutions, ce changement des usages de notre cerveau, je vois la fin du culte de la performance et de la puissance intellectuelle écrasante et parfois même condescendante. Bienvenue dans l’ère de la pertinence et de la finesse des relations humaines. Finalement est-ce que cette boîte crânienne n’aurais pas tendance à vouloir se faire moins froide et austère ? Cette hyperactivité que provoque le digital ne serait-elle pas une hypersocialisation déguisée ou une hypersensibilité qui s’affirme. Si, si, bien sur que ça l’est ;-) Je n’utilisait cette négation que par plaisir de la formule. Que voulez-vous, un peu d’esprit c’est toujours très plaisant !

crédit photo : Flick'R

A propos de 

Head of Digital #Builder #Manager #DigitalCommunication #DigitalMarketing #DigitalTransformation #DadOf2 #Cooking

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title="" rel=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>